Les nouvelles réglementations de l’influence

Depuis quelques temps, beaucoup ont œuvré afin de sensibiliser et de dénoncer les mauvaises pratiques liées aux métiers de l’influence. Afin d’encadrer ces derniers, plusieurs lois et règles de bonnes pratiques ont été mises en place ! Dans cet article, nous vous résumons tout ce qu’il faut savoir et ce qui évolue pour les acteurs de ce secteur.

1. Com&Kids et le marketing d’influence :

 

Accompagnée de l’ARPP depuis 2022, l’agence est engagée afin d’être au fait des dernières tendances pour maîtriser pleinement les différents codes de l’influence d’aujourd’hui. Ce dernier est au cœur de nos expertises, il est donc important pour nous de s’assurer que les règles mises en place soient respectées par nos différentes parties prenantes. Nous avons également à cœur de les accompagner et de jouer un rôle de pédagogie dans cette démarche de marketing d’influence éthique et transparent.

 

2. Les nouvelles pratiques à adopter :

 

Le monde de l’influence change et se voit de plus en plus réglementé avec la mise en place de nombreux codes de bonnes pratiques. Il devient également et surtout très contrôlé ! Mais qu’est-ce que cela implique pour les influenceurs et les acteurs du secteur ?

 

  •  Voici tout ce qu’il faut retenir sur les dernières règles mises en place :

  1. Un influenceur désigne toute personne physique ou morale qui, à titre onéreux, mobilise sa notoriété auprès de son audience pour communiquer au public, par voie électronique des contenus faisant la promotion, directement ou indirectement, de biens, services ou causes quelconques.
  1. Toute collaboration visant à promouvoir un bien ou un service, et ayant bénéficié d’une contrepartie pour sa diffusion (rémunération, partenariat, pourcentage sur les ventes, produits gratuits, voyages, invitations) est considérée comme de l’influence commerciale.
  1. Il est obligatoire de mentionner « #publicité » ou « #collaborationcommerciale » dès qu’il s’agit d’une relation commerciale, de façon claire et visible tout au long de la publicité (pas uniquement au début ou à la fin). Seules ces deux mentions sont valables et reconnues. L’absence d’indication de la mention « publicité » ou « collaboration commerciale » d’une communication est susceptible de constituer une « pratique commerciale trompeuse », sanctionnée d’une peine d’emprisonnement de deux ans et d’une amende de 300 000 euros.
  1. Il est nécessaire de mentionner, en plus des deux mentions précédentes, si cette collaboration est rémunérée ou non avec par exemple les hashtags suivants : « #nonrémunéré », « #rémunéré » ou « produitsofferts ».
  1. Pour toute collaboration avec une marque/entreprise, il est nécessaire de mentionner le nom de cette dernière.
  1. Tous les arguments et promesses commerciales mentionnés dans les publications doivent être vraies et vérifiables.
  1. Un influenceur de moins de 16 ans est soumis à la loi n°2020-1266.
  1. L’ensemble des revenus perçus par un influenceur, est soumis aux impôts et doivent être déclarés dans les déclarations fiscales et sociales. Il en est de même pour les « dotations de produits » qui doivent être déclarées dès le premier euro.
  1. Les retouches, filtres et tout ce qui modifie l’apparence, nécessite la mention « images retouchées » durant toute la durée du contenu.
  1. Il est interdit de faire la promotion de la chirurgie ou de toutes autres techniques esthétiques, d’actes médicaux ou encore de produits composés de nicotine, etc. Il en est de même concernant les jeux d’argent, les paris sportifs, la cryptomonnaie…
  1. Un influenceur titulaire de l’autorité parentale de son enfant, est tenu d’assurer la sécurité de celui-ci ainsi que de respecter son image et sa vie privée. Il est strictement interdit d’exposer un enfant de moins de 3 mois sur un contenu publicitaire. Au-delà, il est obligatoire de l’inscrire dans une agence afin de pouvoir l’exposer sur un contenu publicitaire rémunéré.
  1. La promotion d’alcool est soumise à la loi Evin, celle des produits de santé au code de la santé publique, celle des produits financiers au code monétaire et financier et celle des produits alimentaires aux règlements européens et au code de la santé publique.
  1. Concernant la publicité de produits alimentaires transformés, il est nécessaire d’indiquer la mention « mangerbouger ».
  1. Pas d’interdiction concernant le Drop Shipping, néanmoins le créateur de contenu se doit de vérifier la disponibilité des produits et de s’assurer que ces derniers ne soient pas des contrefaçons. De même, il est impératif de mentionner l’identité du fournisseur.

 

En clair, aujourd’hui, les mots d’ordre sont transparence et règles déontologiques. L’influence évolue quotidiennement et Com&Kids veille à accompagner ses parties prenantes afin que l’ensemble des règles soient bien appliquées.

Retrouvez ici le “Guide de bonne conduite Influenceurs et créateurs de contenus.

 

N’hésitez pas à nous contacter